Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ber.dranreb04.overblog.com - montagne et rando

ber.dranreb04.overblog.com - montagne et rando

PHOTOS de MONTAGNE - RANDONNEE - PATRIMOINE - Randonnée Eté - Hiver - PHOTO Naturaliste et Patrimoniale - sites liés : ASPTT MONTAGNE Rando Digne et FFRANDONNEE 04 -

Publié le par Ber Dranreb
Publié dans : #PATRIMOINE - VILLAGES, #PORTES-HEURTOIRS
CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! -  fond photographique BJ(C)03-2017

CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! - fond photographique BJ(C)03-2017

BELFORT la ville invincible, entre Vosges et Jura ,

une cité de caractère . . . 

__________________________

BELFORT ( Territoire de Belfort -plus petit département Français )

REGION BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE

___________________________

Belfort, située au nord-est de la région Bourgogne-Franche-Comté est le Chef-lieu du Territoire de Belfort et un des pôles de l'espace métropolitain Rhin-Rhône, la commune comptait 49 764 habitants en 2014. Elle est la principale commune et le cœur urbain d'une agglomération de 96 000 habitants.

Établie dans la « trouée de Belfort « , la cité est implantée sur une importante voie de communication où les premières activités humaines se manifestèrent dès la Préhistoire.

Cet emplacement particulier joue un rôle important tout au long de son histoire, notamment au XIVéme siècle, quand la cité est connue sous le nom de Bellumfortum. Cette situation stratégique au cœur de la trouée de Belfort a fait d'elle une place forte militaire et une cité de garnison aux frontières des mondes rhénan et rhodanien.

____________________________

CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! -  fond photographique BJ(C)03-2017CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! -  fond photographique BJ(C)03-2017

CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! - fond photographique BJ(C)03-2017

Historiquement, la ville fait partie de la Haute-Alsace, subdivision de la province historique d'Alsace qui correspond aux actuels départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et du Territoire de Belfort ainsi que le territoire de Landau en Allemagne.

La cité a toujours fait partie de l'espace linguistique francophone à l'instar des " vallées welches " d'Alsace. Après l'annexion de l'Alsace-Lorraine de 1871 à 1918 par l'Empire allemand, l'actuel Territoire de Belfort, alors dénommé « arrondissement subsistant du Haut-Rhin », seule partie d'Alsace à n'avoir pas été annexée, demeure détaché puis accède au statut de département en 1922.

______________________________

Le centre historique de la vieille ville a connu plusieurs extensions en 1565,1675 puis 1782. Le centre-ville de Belfort s'est agrandi à l'ouest de la colline de la citadelle. Au XIXéme siècle, la ville s'étend, notamment après l'arrivée des exilés d'Alsace; cette population préférant l'éxil, plutôt que de vivre sous la loi Prussienne, à la suite de la guerre franco-prussienne de 1870.

Des faubourgs sont aménagés sur la rive droite de la Savoureuse, comme les faubourgs de France, de Montbéliard, des Ancêtres, de Lyon ainsi que la gare. L'enceinte ouest et la Porte de France sont démolies pour ouvrir les commerces de la vieille ville sur le nouveau centre-ville naissant autour du Faubourg de France et de la gare. Des quartiers périphériques connaissent un essor important tels que les Barres, La Pépinière, Le Mont ou la Miotte à partir de 1939

CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! -  fond photographique BJ(C)03-2017CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! -  fond photographique BJ(C)03-2017

CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! - fond photographique BJ(C)03-2017

__________________________

GEOLOGIE – HYDROLOGIE

La ville présente une situation notable d'un point de vue géologique, puisqu'elle est située à cheval sur le sud du massif des Vosges (mont du Salbert) et sur le nord du massif du Jura (monts de la Justice, de la Miotte, des hautes et basses Perches). Elle se situe à l'extrémité sud de la faille géologique du fossé rhénan. Les sols de la ville sont constitués de roches issues de ces massifs : le grès des Vosges, datant du Trias moyen et les calcaires jurassiens du Jurassique.

L'axe hydrologique principal de la ville est constitué par la Savoureuse. Cette rivière de 40 kilomètres prend sa source au sommet du ballon d'Alsace et traverse la ville du nord au sud ; elle se jette dans l'Allan à Sochaux dans le Doubs.

___________________________

Le Lion de Belfort

Le Lion de Belfort est l'œuvre du sculpteur alsacien Auguste Bartholdi. Il est fait de blocs de grès rose taillés séparément puis assemblés contre la falaise calcaire du château. Il mesure 22 m de long et 11 m de haut.

Les travaux ont commencé en 1875 et se sont achevés en 1880. Il a été réalisé en hommage à la résistance de Belfort lors de son siège de 1870 et à ses victimes. Le Lion est couché au pied de la Citadelle, tête relevée, tournant le dos à l'est, à l'Alsace perdue et au conquérant Allemand d'antan. Il a été inauguré officiellement le 18 septembre 2011 lors des célébrations des 130 ans du Lion. Véritable symbole de la Ville ayant supplanté l'historique Tour de la Miotte, il sert de motif au logotype de la commune, à celui de la communauté d'agglomération, et à celui du Département.

CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! -  fond photographique BJ(C)03-2017CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! -  fond photographique BJ(C)03-2017

CLIQUEZ sur les PHOTOS pour les AGRANDIR ! - fond photographique BJ(C)03-2017

__________________________

UN PEU D’HISTOIRE

Avant la conquête romaine en 58 av. J.-C., la partie est du Territoire de Belfort faisait partie de la Rauracie, le pays des Rauraques, dont le siège était Augusta-Rauracorum ( Augst, près de Bâle ) puis Bâle, tandis que la partie ouest, dont Belfort et d'autres localités, appartenaient à la Séquanie. En 58 av. J.-C., Arioviste et ses Germains, qui dominaient la région, ont été battus en un lieu que les historiens ne parviennent pas à situer, malgré la description qu’en fait Jules César dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules . Ce pourrait être dans la plaine occupée par Belfort. Sous la domination romaine, la trouée de Belfort, lieu de passage entre le bassin du Rhône et la vallée du Rhin, est traversée par deux voies romaines importantes .

Pendant la période des invasions barbares, de 250 à 500 environ, la région de Belfort voit s'installer de nombreux Germains de diverses origines comme le montre la toponymie : Francs, Vandales, Alamans, Burgondes . Ils se romanisent rapidement. Le sud de l’Alsace, espace frontière entre les royaumes Burgonde et Alaman, ne connut guère la tranquillité avant que Charlemagne ne restaure l’ordre qui avait disparu avec l’Empire romain.

Le traité de Grandvillars et la charte d'affranchissement de la ville

La première mention du château de Belfort a été faite dans le traité de Grandvillars, le 15 mai 1226 . Le traité avait pour but de régler un conflit de territoire entre Richard III de Montfaucon et Frédéric Ier de Ferrette.

Le château de Belfort est un relais du pouvoir des comtes de Montbéliard et devient progressivement un centre de gravité d'autres seigneuries environnantes, l'ensemble est alors nommé « Terre de Belfort ». En mai 1307, le petit-fils de Richard III, Renaud de Bourgogne, comte de Belfort affranchit la ville de toute corvée et tout servage. L'ensemble est consigné dans la charte de mai 1307

Possession autrichienne des Habsbourg

La ville devient par la suite une possession autrichienne. Alix (marquise de Bade) qui a hérité du château après la mort de sa mère, Jeanne de Montbéliard en 1350, lègue son héritage entre 1373 et 1375 à son neveu Léopold III de Habsbourg qui devient alors seigneur de la ville. En pleine guerre de Cent Ans, Philippe III de Bourgogne dit Philippe le Bon, cherche une entrée dans le Nord Franche-Comté pour faire diversion et reprendre la Lorraine. Antoine de Vergy, alors maréchal de France, engage une attaque avec 4 000 soldats contre Belfort. L'armée met la ville à feu et à sang en juin-juillet 1431. La paix sera retrouvée pour deux ans grâce à la médiation des clercs de Bâle, alors ville de la chrétienté très active. Cependant les tensions restent vivaces avec les Bourguignons.

En 1433, la ville subit plusieurs violentes attaques bourguignonnes. Cependant la ville se positionne dans un réseau de communication liée à l'Autriche et jouit aussi de la solidarité des seigneuries locales telles que celles de Thann, Delle, Masevaux, Altkirch et Ferrette à la suite de l'appel de Jean Fouquet de Soppe, bailli de la ville pour la maison d'Autriche. Des travaux de renforcement des défenses sont aussi engagés ce qu'il lui permet de résister aux attaques. La menace pèse toujours et pousse l'Autriche à fédérer ses quinze villes alsaciennes en unissant les bourgeois des villes et les chevaliers nobles. L'« Union des bonnes villes » est scellée le 20 août 1433 par la fondation de deux ordres : le Landschaft ou « Communauté de pays », et la Société de l'écu de Saint-Georges. Il s'agit d'une première volonté des gouvernés d'être associés à la vie politique les concernant. En 1435, la paix d'Arras est signée entre Charles VII ( Saint-Empire ) et Philippe le Bon ( Duché de Bourgogne ) et minimisent provisoirement la menace bourguignonne

___________________________

BELFORT la ville invincible, entre Vosges et Jura , une cité de caractère . . . BELFORT la ville invincible, entre Vosges et Jura , une cité de caractère . . .

__________________________

En 1525 éclate la guerre des Paysans en Allemagne qui s'étendra jusqu'aux marges du Saint Empire . À la suite des idées véhiculées par le réformateur de l'Église Martin Luther, les paysans se révoltent, le 16 avril, partout en Alsace, forcent et pillent les monastères. La bande de Chaux dirigée par Jean André est constituée de quelques milliers d'hommes. Elle se dirige vers Belfort pour rattacher les habitants à leur cause et pour rançonner les chanoines.

Les tensions entre catholiques et protestants qui renaissent en Bohême plongent l'Europe dans la Guerre de Trente Ans. Les armées suédoises viennent prêter main-forte aux princes allemands protestants et pénètrent en Alsace pendant l'été 1632. Les villes alsaciennes sous autorité des Habsbourgs tombent une à une. Belfort capitule sans combattre le 5 janvier 1633. La ville est tantôt sous le contrôle suédois, tantôt français et tantôt du Saint Empire. En 1633, un chevalier lorrain libère Belfort au nom de l'Empire. En 1634, les Suédois assiègent de nouveau Belfort, qui se rend après une longue résistance. À la suite de la défaite suédoise à Nördlingen, la Suède ne peut plus tenir ses positions en Haute-Alsace. Le Traité de Paris, signé le 1er novembre 1634, place les villes alsaciennes, sauf Belfort ( restant possession autrichienne ), sous la protection de la France.

En 1648, le Traité de Westphalie met fin aux hostilités. Malgré une période troublée, le jeune comte de la Suze rétablit une stabilité dans la ville, modernise le château médiéval, développe la métallurgie au sud de la Vieille Ville dans le quartier nommé encore aujourd'hui le Fourneau. Belfort devient une ville française. En 1651, Gaspard de Champagne rejoint Condé et la Fronde. Finalement c'est le marquis Henri de La Ferté-Senneterre qui reprendra la ville le 7 janvier 1654 au nom du roi de France.

En décembre 1659, le roi offre Belfort au cardinal Mazarin, dont sa nièce Hortense Mancini hérite deux ans plus tard. La cité est alors pleinement intégrée au royaume de France, tandis que Montbéliard reste une enclave des ducs de Wurtemberg et le reste de la Franche-Comté, espagnole.

Textes inspirés de wikipedia (c) et autres sources personnelles 

Voir aussi notre dossier sur la citadelle et ses fortifications de Vauban à Haxo 

RETOUR SOMMAIRE  PATRIMOINE RELIGIEUX

fond photographique BJ(c) 12-2016 - mise en page goelandmedia.prod@gmail.com

RETOUR

SOMMAIRE BLOG

 

SOMMAIRE

VILLAGE et PATRIMOINE

 

 

RETOUR vers ARCHIVES du BLOG --> ARCHIVES

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog